• Toi.(+) Moi. Et bam dès que je t'ai vu, je me suis dit que la dame de cœur avait peut être trouvé son roi, et que les valets pouvaient aller voir ailleurs. Mais j'ai vu que le roi que tu étais censé incarné n'était pas peintre mais jouait tout de même sur plusieurs tableaux. On (se) (re)verra, c'est promis. Mais c'est pas fini, les fins c'est que pour les films. Non, non pas de ça entre nous. J'veux dire que la vie s'en mêle et le fil d'Ariane, lui s'emmêle. J'veux dire que tes bras sont faits pour m'accueillir et que tes yeux bleus sont faits pour être braqués sur moi. Tu me crois pas? Essaye pour voir. Je veux aussi dire que la pleine Lune est là pour que tu me voies dans l’obscurité. Je te suis malgré tout, je suis tes souvenirs, tu ne peux rien y faire. On (se) (re)verra, le reste est à suivre.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • "Salut." C'est ce que t'es venu me dire l'autre jour. Un simple "salut". C'est ridicule. Ça fait des mois qu'on se parle plus. On se parlait jour et nuit pendant des mois et BAM! T'as tout arrêté. Et moi dans l'histoire? Et mon cœur dans tout ça, t'y penses? Égoïste, t'es un putain d’égoïste, et je te déteste sincèrement. Je te déteste autant que je t'aimais. Parce que t’étais mon sourire. Mais c'est pas grave après tout... Il paraît que t'es heureux avec elle. Il paraît même que pour la première fois t'es amoureux. Je veux pas que tu reviennes. Qu'on soit ami. Je sais, oui, c'était tellement ambiguë, mais attends tu trouves ça seulement juste amical de dire à une personne qu'elle t'appartient? Si oui alors c'est justement la raison pour laquelle je ne veux pas de ton amitié. Avec les sales coups que tu me faisais par derrière, il a fallu que moi je fasse un pas de travers pour que tu me laisses? T'es quel genre de connard exactement?! j'arrive plus à comprendre. Bon évidement je vais pas te dire ce que je pense d'elle mais pourtant, quelque part je lui en veux même pas. Je sais qu'elle a rien à voir avec ça. Elle m'énerve parce que maintenant c'est elle qui te rend heureux. Et moi je voulais être cette personne. Et les sourires que tu me tends quand elle est pas là, garde les, hein. Parce que quand tu fais mine de m'ignorer quand elle est là, ça se passe de commentaire. Et quand ça se terminera ne pense pas revenir vers moi comme tu le faisais avant. Car la seule chose qui t'accueillera ce sera mon poing dans ta gueule. C'est mérité. Mais tu sais quoi? Le pire dans cette histoire c'est que j'étais même pas amoureuse de toi. Imagine un peu si je l'avais été. Un carnage. Un attachement très très très très fort.

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique